RPG FORUM FANTASTIQUE : l’histoire se base sur Gantz mais a ses propres règles. Le développement suit un cours différent du manga. Des surprises apparaissent, la magie, une faction ennemie. Ca se passe à Los Angeles. Mystères, suspense et rebondissements
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Houhou houhou : braquage, l'art et la manière [Bonnie & Clyde Kaiser]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clyde Kaiser

avatar

Messages : 19

Feuille de personnage
Points: 0
Equipement: Angelz Suit Blood
Points de Joker: 1

MessageSujet: Houhou houhou : braquage, l'art et la manière [Bonnie & Clyde Kaiser]   Mar 27 Nov - 15:12


Depuis plusieurs mois, une peur se répand peu à peu dans la région de Los Angeles : des restaurants, des bijouteries, mais surtout des banques étaient braqués d'une façon imparable, la police était sur les dents, sans l’ombre d’un suspect. Que ce soit pour quelques billets dans la caisse ou pour des bijoux d’une valeur de plusieurs centaines de milliers de dollars, la procédure était toujours la même, basée sur une forte destruction et une incapacité totale pour les témoins sur place à identifier de quelque façon les braqueurs, et pas parce qu’ils auraient été masqués.

Cette façon de les défier en toute immunité irritait au plus au point les actionnaires des grandes banques. Le personnel de sécurité avait été doublé dans les petites banques, et dans la plus grosse banque de la ville, il y avait pas moins de dix agents de sécurité armés de façon très visible. Une prime énorme serait même donnée à celui qui stopperait les ennemis du Dieu Dollar.

Ce jour là, il y avait une foule modérée dans la banque. Tous avaient passé le contrôle de sécurité renforcé, même le journaleux venu justement noter pour son canard les efforts déployés pour que l’argent de clients aisés travaille en lieu sûr. Le chef des vigiles veillait, les yeux vigilants et la main sur la crosse de son pistolet mitrailleur, lorsqu’il se rendit compte que quelqu’un tapait à la baie blindée, du dehors. Il se tourna dans la direction du bruit et puis il ne comprit pas spécialement la suite des événements. La baie explosa avec une violence inouïe, de même que tout ce qui était en verre dans la banque, même le mobilier en bois léger. Le chef de la sécurité gisait par terre, à l’agonie et accessoirement complètement sonné, tous les sens comme hors service, incapable de se mouvoir sans avoir l’impression qu’il allait vomir ses tripes. Ils étaient tous dans le même état que lui, à peu de chose près. Ceux qui étaient près de la baie étaient presque tous mortellement blessés, et les autres juste incapable de faire quoi que ce soit.

"Toc toc."

Fit une voix. C’était Clyde qui entrait tranquillement par la baie fracassée. Dehors aussi, la rue était dévastée par l’onde de choc. Des voitures avaient littéralement volé dans les airs, un geyser d’eau giclait d’une borne à incendie renversée et du courrier volait des boites aux lettres éventrées.

"N’a vu de la lumière alors n’est entrés."

Commenta tranquillement Clyde en regardant les personnes mitraillées de morceaux de verre parce qu’elles s’étaient trouvées trop près de la baie vitrée pendant que le jeune homme non masqué avait frappée d’un direct bien à lui. Parmi ces personnes figurait le chef des vigiles, la gorge ouverte par un gros morceau de verre dit incassable. Camelote ? Pas sur ! Pas sur du tout !

"Même pas de tapis rouge pour nous accueillir. J’te jure."

Dit-il à sa chérie, Bonnie qui arrivait à sa hauteur, elle-même ne portant pas de masque susceptible de dissimuler ses traits gracieux, ses beaux yeux pétillants d'intelligence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnie Kaiser

avatar

Messages : 22

Feuille de personnage
Points:
Equipement: Angelz Suit Blood
Points de Joker: 1

MessageSujet: Re: Houhou houhou : braquage, l'art et la manière [Bonnie & Clyde Kaiser]   Mar 27 Nov - 20:48

Admirant le travail de Clyde, Bonnie ne put que le féliciter par un doux baiser sur la joue.

"Très joli."

La jeune femme entra avec grâce dans la banque. Elle posa son regard sur le vigile qui se vidait de son sang, elle n’appréciait pas réellement faire de victime, mais c'était le risque, les dommages collatéraux c'est dur à éviter. Surtout quand on a cette … finesse.

"Attends un peu et tu l'auras ton tapis rouge."

Dit-elle en désignant du doigt le "pauvre homme".

Une toute petite partie de la pièce avait échappé au carnage, une toute petite partie où accrochée au mur, à la limite du plafond, restait une caméra encore intacte. Certainement la seule. Le hall de la banque ressemblait à la chambre d'un ado, très mais alors très très énervé. Ou à un batiment après un bombardement ... Bonnie remarqua l'objectif braqué sur elle, elle se planta alors devant pour faire coucou puis tendit un bras en signe d'invitation en direction de Clyde qui la suivait de quelques pas.

"Souris on est filmés. Une petite danse ?"

Son compagnon répondit à l'invitation en la rejoignant, le duo entama alors quelques pas de tango devant la caméra, avec une grande élégance. Au bout de quelques instant, Bonnie s'écarta, il y avait encore un détail à régler. Elle adressa son plus beau sourire à Clyde.

"C'est pas tout ça, mais on a un coffre à ouvrir je crois."

La salle du coffre était juste à coté, serrure protégée par un code et clé spéciale pour l'ouvrir, un jeu d'enfant, en gros. Du moins pour un braqueur expérimenté avec beaucoup de connaissances sur ce genre de serrures et qui aurait tout de même pris la peine de prendre le directeur en otage. Pour le couple c’était plutôt … de la gnognotte, tout comme la porte en acier de plusieurs centimètres d'ailleurs. Pour illustrer ce propos, la braqueuse cogna contre le métal une fois, comme pour vérifier si ça sonnerait creux ou pas, puis cogna une deuxième fois, beaucoup moins délicatement.

Depuis la rue, on aurait pu penser qu'ils étaient en train d'utiliser du C4, tellement le bruit résonna. A l'intérieur, l'énorme porte ne ressemblait plus a grand chose, le métal déformé laissait un trou béant bien assez grand pour entrer.

"Plus qu'à se servir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clyde Kaiser

avatar

Messages : 19

Feuille de personnage
Points: 0
Equipement: Angelz Suit Blood
Points de Joker: 1

MessageSujet: Re: Houhou houhou : braquage, l'art et la manière [Bonnie & Clyde Kaiser]   Mer 28 Nov - 9:26

Clyde apprécia le baiser sur sa joue et le compliment de sa chérie en regardant les pauvres victimes … c’était de l’ironie. Il avait bien calculé son moment, on onde de choc avait criblé de verre securit trois agents de sécurité, genre brute épaisse tapant les clochards, parce que ce serait en toute immunité, leur chef étant le plus ignoble à ce petit jeu. A leur visage, il n’avait pas non plus loupé un groupe d’huissiers sans scrupules qui venait de sévir et un avocat marron, pardon pour le pléonasme.

Un carton.

Les autres seraient incapables de se mouvoir pendant au moins une heure, mais le couple serait parti depuis longtemps. Bonnie l’invita alors à danser sous la seule caméra encore en marche, ce qu’ils firent avec brio, il fallait bien le reconnaître. Braquer sans être inquiétés, c’était bien mais c’était mieux de laisser à présent une sorte de signature.

La légende était en marche.

Le jeune homme fut comme ébloui par le sourire de sa femme, puis les voila devant le coffre censé être fort. Bonnie pratiqua une ouverture avec autant de doigté que Clyde.

"Plus qu'a se servir."

"Et après, on dira qu’on est des sauvages."

Commenta-t-il tout aussi tranquillement en faisant passer galamment … en passant devant Bonnie au dernier moment. L’instinct, tout ça. Il entra et vit un bonhomme pointer fébrilement son arme sur lui. Très bien habillé, la cinquantaine, le crâne dégarni. Le directeur, l’air pas rassuré mais c’était compréhensif. Il avait du ramasser le pistolet du vigile qui gisait par terre, recouvert par un amas de métal tordu. Derrière lui se tenait un des journalistes que le couple connaissait au moins de nom.

"Ne … ne bougez plus !"

Clyde secoua la tête, l’air navré, pas impressionné du tout par cette arme pointée sur lui.

"Même pas un bonjour ... on est très mal accueillis dans votre banque, m’sieur le dirlo."

Le directeur transpirait tellement qu’il passa une main sur son front. L’instant d’après, il gisait au sol, le bras arraché, le sang giclant de la plaie béante, maculant le dallage blanc. Un spectacle charmant, en somme. Ses cris pareils à ceux d’un porc qu’on égorge cessèrent quand Clyde lui broya la gorge d’un coup de pied nonchalant, comme on écraserait un mégot par terre. Pendant ce temps, sa chérie assommait d’une pichenette au front le journaleux muet de terreur.

"Pas bouger."

"Mais où qui sont, les sioux."

Ca fit sourire sa belle, c’était le but. Des sirènes se rapprochaient, dehors. Ha, quand même. Clyde et Bonnie ignoraient les dollars marqués, ils éventraient à mains nues et vidaient les coffres des riches particuliers. Ils prenaient les bijoux d’une grande valeur et même ceux d’une valeur inestimable pour leurs propriétaires, pour les revendre à ces derniers, justement. Le tout disparaissait dans leur sacoche respective ornée d’une tête de martien rosewell.

"On a beau se dire qu’ils sont payés pour risquer leur vie, ça va presque me gêner de taper de la volaille. Presque."

Clyde approuva d’un hochement de tête. Beaucoup trop de flics adoraient taper les faibles, abuser de leur pistolet taser, tout ça.

"On fera un geste pour l’éventuelle veuve éplorée d’un flic honnête ... hmmm, sauvés par le gong, on dirait bien."

Bien sur, il parlait des policiers. Il ressentait ce picotement à la nuque caractéristique d’un départ du genre imminent. Dehors, un mégaphone entrait en action, prévenant de l’imminence d’une intervention du genre musclée. Après tout, ça ressemblait davantage à un attentat qu’à un braquage avec prise d’otages.

"J’en connais qui vont être surpris."

Ca, c’était certain. Ils étaient entrés mais pas sortis … ça et la vidéo de leur danse … Un paquet de notables allait s’en arracher les cheveux de frustration, et ce serait bien fait pour leur gueule. D’une main, Clyde releva par le col le journaleux qui reprenait lentement conscience et l’agrippa fermement contre lui alors que le transfert de Bonnie commençait, puis ce fut son tour de disparaître en emmenant le représentant ainsi désigné des médias. Il allait être surpris, lui aussi. Le transfert commençait à nouveau par la tête, jusqu’au bout des orteils. Jusqu’aux semelles pour être plus précis. C’était soit un impératif, soit une tradition. Les deux, peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANGELZ
Admin
avatar

Messages : 1041

Feuille de personnage
Points: Suffisamment, on va dire
Equipement: Livre de cuisine : 1001 façons de cuisiner de l'humain
Points de Joker: Hum, joker !

MessageSujet: Re: Houhou houhou : braquage, l'art et la manière [Bonnie & Clyde Kaiser]   Mer 28 Nov - 9:52

Transfert confirmé de Bonnie Kaiser, de Clyde Kaiser et de ... Ben April. Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://angelz.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Houhou houhou : braquage, l'art et la manière [Bonnie & Clyde Kaiser]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Houhou houhou : braquage, l'art et la manière [Bonnie & Clyde Kaiser]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonne manière
» De l'art et la manière de se dévouer [PV Villadra]
» Braquage entre gentlemen [Pv Haron][Terminé]
» Un braquage......tout a fait normal (libre)
» [Créature]Etude des dieux et tout ce qui s'y rapproche de manière directe.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANGELZ :: ZONE RP :: ZONE RP :: LOS ANGELES :: CENTRE-
Sauter vers: